Build Back Better: Expanding Green Jobs For Youth Post-Pandemic

***français suit


Over the past year, the CCYP has grown tenfold. From new partnerships and programs to our Youth Council and Fellowships. Get ready for the next level of our 21 Questions for 2021 series! Throughout February, we will be introducing you to our fellows who have graciously found time to put aside their research to share a bit about themselves and their work with you. Tune in weekly, you just might learn something new.


What's your name?

Sabrina Guzman Skotnitsky


What are three words that you would use to describe yourself?

Creative, passionate and open-minded.


What is your most played song right now?

My Own Best Friend - Dounia


What is your educational background?

I have a Bachelor of Arts Honours in International Development Studies with a minor in Political Science from Dalhousie University.


Can you speak about your advocacy work/project?

My project is an assessment of federally funded environmental employment programs for youth. These are generally wage subsidies and/or funded internships the government provides employers so they can hire youth for 3 - 6 month placements doing environmental work. Many of these are as new as this year, as part of Canada’s youth employment and climate action strategies. I want to know how the government defines green/low-carbon work, which youth can access these programs, and how effective they are in helping youth continue to work in the environmental field.


What sparked your passion for it?

I have been a climate justice organizer since 2013 when I joined a group called Kids for Climate Action in Vancouver BC. Since then I’ve been involved with various campaigns including those for fossil fuel divestment, solidarity with water protectors in Wet’suwet’en and Mi’kma’ki and Green New Deal and Just Recovery organizing. While activism is important, I also see the value of advocacy and working with the government to improve policies. From my organizing experience I know how much youth care about the climate crisis and their future, and want to work to help the environment in some way. Helping youth identify pathways into the green job market, training them and making securing long term employment easier is central to meaningful sustainable development.


Why do you think this is important in the Canadian context?

Canada has positioned itself internationally as a climate leader, despite actions which contradict this image, such as the purchase of the Trans Mountain Pipeline and the RCMP invasion of Wet’suwe’ten territory in order to force through construction of the Coastal Gas Link Pipeline, among other actions. Despite the ramping up of Canada's climate actions under the most recent federal climate plan, many critics say Canada is not on track to meet our 2030 greenhouse-gas emission targets. To add on to that, in the wake of COVID-19 and its economic impacts, youth are facing disproportionately high unemployment rates. Ensuring federally funded environmental programs for youth are inclusive, accessible and effective will better equip Canada to face these challenges.


What does opportunity look like within your advocacy work?

The nexus of COVID-19 and the ongoing climate crisis has provided a unique political opportunity to demand the government synthesize economic and environmental goals. In his throne speech the Prime Minister promised more green jobs and a Green Recovery plan, which is only beginning to unfurl and reveal itself. The next few months is a pivotal time to influence not only the policies themselves but how they are implemented and how youth are included in these processes.


How can other Canadian youth get involved?

Canadian youth should look into work around a Canadian Green New Deal and specifically read 350.org’s Principles for a Just Recovery (created in collaboration with multiple nonprofit organizations and grassroots organizers). Climate justice is a large field, and intersects with anti-racism organizing, LGBTQ2s+ rights, the fight against homelessness, Indigenous struggles, and migrant issues among others. Everyone can find their niche to get involved with. Furthermore, I believe green jobs are much more diverse than we are led to believe - if you care about the environment you don’t need a STEM degree to work in the field. You could do social media for a nonprofit, fundraise for a project, produce art for a campaign, and many more positions that we don’t conventionally think of as low-carbon work.


About the CCYP Fellowship Program:


What made you want to get involved in the CCYP Fellowship Program?

I was a Halifax team member for Pivot 2020 and when I applied for that position I discovered CCYP. Their mission and values really resonated with me and I wanted to work for them. I actually applied for the Fellowship before I knew I was hired for Pivot, ended up working for Pivot for a month before getting offered an interview and eventually the Fellowship Position. I jumped at the chance to enter a new field (youth workforce development) and was excited that the Fellowship would allow me to merge my passions for advocacy, youth empowerment and research!


What do you hope to bring to the CCYP Fellowship Program?

I bring a unique perspective being a queer woman, climate organizer and international development graduate. Specifically I use a climate justice approach to my work, looking at how social and environmental issues intersect on local and global levels. For example, my research centres on youth being the inheritors of the climate crisis while also being some of the most impacted by COVID-19 and its economic effects. This means that any COVID-19 recovery plan must centre youth and climate action if it is to be successful and sustainable. It must also centre those most marginalized and vulnerable to climate change, such as migrants, BIPOC, and low-income people.


What professional relationships are you hoping to establish?

I am hoping to increase my existing networks within the NGO and environmental fields, but also create new connections in the youth empowerment and workforce development sectors. I also want to build relationships with more government representatives and other decision makers, such as those associated with Environment and Climate Change Canada (ECCC) and Economic and Social Development Canada (ESDC).


What do you hope to accomplish during your fellowship? What does impact mean to you?

I hope that the government implements my recommendations regarding environmental employment programs for youth, but on a larger level I hope their rhetoric and policy language reflects an expanded definition of green work and that this in turn helps grow the low-carbon economy and youth participation in it.


Interests/Personal Life:


Can you share with us an organization or program that you think others in youth workforce development/employment should be made aware of?

I think the Canadian Centre for Policy Alternatives are well researched and propose many socially and environmentally equitable solutions/approaches to policy issues in Canada.


Which of your previous work/volunteer experiences had the most impact on your current advocacy work?

My year and a half at the Dalhousie Student Union taught me so much about organizing, the student movement, and working with various stakeholders and decision makers. Working on campaigns around tuition increases, environmental policies and more, I learned how change happens and the power of youth. Through being the Director of the Sustainability Office I got to meet environmentalist heroes of mine such as David Suzuki, and advise the University President on sustainability issues.


How has that impacted the person you are today?

This taught me that in addition to being an activist, I can work side by side with decision makers to make incremental change as well as systemic change. I also learned the responsibility of representing a diverse group of youth, from Indigenous to international students, on topics that are crucially important to our futures.


Recognizing the importance of building a community network, how has mentorship supported you throughout your professional development thus far?

Some of my greatest mentors have been social justice researchers who meld praxis and theory, reminding me that it is not enough to just read about the wrongs in the world - you must be actively involved in the solutions. They help me be ethically grounded and not become complacent by reminding me that research is as powerful as what you do with it.


Who is an individual/figure that you look up to?

Dr. Ajay Parasram at Dalhousie University and Dr. Shelley Price and Dr. Jonathan Langdon at St Francis Xavier University to name a few are activist-academics furthering study and practice on anti-racism, Indigenous rights and trans-local movement learning among other topics. They’ve been my greatest supports and inspirations as I navigate my career path and organizing approach.


What is the best piece of advice you’ve ever received?

John Scherer (founder of the Scherer Leadership Institute) says: “You do not need to change yourself. You need to come home to yourself, that changes everything.”


Can you share three fun facts about yourself?

I’m a libra sun/moon and Sagittarius rising, I am half Mexican, and I’ve travelled to over 18 countries!


Can you share a goal you have for 2021?

One goal I have for 2021 is to spend more time on creative projects such as painting and doing makeup. I started an art account on Instagram during quarantine and it's been a source of self-care and joy during these hard times.



Reconstruire En Mieux: L'Accroissement Des Emplois Verts Pour Les Jeunes Poste-Pandémie


Au cours de la dernière année, le CCRJ a décuplé ses activités. Allant de nouveaux partenariats et programmes jusqu'aux Conseil de la jeunesse et à nos bourses de recherche. Préparez-vous au prochain niveau avec notre série 21 Questions pour 2021 ! Tout au long du mois de février, nous vous présenterons nos collègues qui ont gracieusement trouvé un moment pour mettre de côté leurs recherches afin de partager un peu avec vous qui ils/elles sont et leur travail . Restez à l'écoute chaque semaine, vous pourriez apprendre quelque chose de nouveau.



Quel est votre nom?

Sabrina Guzman Skotnitsky


Quels sont les trois mots que vous utiliseriez pour vous décrire?

Créative, passionnée et ouverte d'esprit.


Quelle est la chanson que vous écoutez le plus actuellement?

My Own Best Friend - Dounia


Quel est votre parcours scolaire?

J'ai un baccalauréat ès arts spécialisé en études du développement international avec un diplôme mineur en sciences politiques de Dalhousie University.


Pouvez-vous parler de votre travail/projet de plaidoyer ?

Mon projet est une évaluation des programmes d'emploi environnemental pour les jeunes financés par le gouvernement fédéral. Il s'agit généralement de subventions salariales et/ou de stages financés que le gouvernement offre aux employeurs afin qu'ils puissent embaucher des jeunes pour des stages de 3 à 6 mois faisant des travaux environnementaux. Bon nombre d'entre eux datent de cette année, dans le cadre des stratégies d'emploi et d'action climatique du Canada pour les jeunes. Je veux savoir comment le gouvernement définit le travail vert/faible émission de carbone, quels jeunes peuvent avoir accès à ces programmes, et comment ils aident les jeunes à continuer de travailler dans le domaine de l'environnement.


Qu'est-ce qui a suscité ta passion pour cela?

Je suis une militante de la justice climatique depuis 2013, lorsque j'ai rejoint un groupe nommé Kids for Climate Action à Vancouver (C.-B.). Depuis lors, j'ai été impliquée dans diverses campagnes, y compris celles pour le désinvestissement des combustibles fossiles, la solidarité avec les protecteurs de l'eau Wet'suwet'en et Mi’kma’ki, le New Deal vert et l'organisation Just Recovery. Bien que l'activisme soit important, je vois aussi la valeur du plaidoyer et du travail avec le gouvernement pour améliorer les politiques. D'après mon expérience militante, je sais combien les jeunes se soucient de la crise climatique et de leur avenir, et je veux travailler pour aider l'environnement d'une manière ou d'une autre. Aider les jeunes à identifier les voies d'accès au marché du travail vert, les former et faciliter la création d'emplois à long terme est au cœur du développement durable significatif.


Pourquoi pensez-vous que cela est important dans le contexte canadien?

Le Canada s'est positionné à l'échelle internationale en tant que chef de file en matière de climat, malgré des mesures qui contredisent cette image, comme l'achat du pipeline Trans Mountain et l'invasion du territoire Wet’suwe’ten par la GRC afin de forcer la construction du gazoduc côtier, entre autres mesures. Malgré la montée en puissance des mesures climatiques prises par le Canada dans le cadre du dernier plan climatique fédéral, de nombreux critiques affirment que le Canada n'est pas sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs d'émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2030. En outre, dans la foulée de la COVID-19 et de ses impacts économiques, les jeunes sont confronté.e.s à des taux de chômage disproportionnés. Faire en sorte que les programmes environnementaux financés par le gouvernement fédéral soient inclusifs, accessibles et efficaces permettra au Canada de mieux relever ces défis.


À quoi ressemble l'opportunité dans votre travail de plaidoyer?

Le lien entre le COVID-19 et la crise climatique en cours a fourni une occasion politique unique d'exiger que le gouvernement synthétise les objectifs économiques et environnementaux. Dans son discours du trône, le premier ministre a promis davantage d'emplois verts et un plan de relance écologique, qui ne fait que commencer à se concrétiser et à se révéler. Les prochains mois sont un moment crucial pour influencer non seulement les politiques elles-mêmes, mais aussi la façon dont elles sont mises en œuvre et la façon dont les jeunes sont inclus dans ces processus.


Comment d'autres jeunes canadiens peuvent-ils s'impliquer?

Les jeunes Canadiens devraient rechercher du travail autour du New Deal vert canadien et lire spécifiquement les Principes pour un rétablissement juste de 350.org’s (créés en collaboration avec de multiples organisations à but non lucratif et groupes militants locaux). La justice climatique est un vaste domaine, qui se recoupe avec le militantisme anti-racisme, les droits des LGBTQ2S+, la lutte contre l'itinérance, les luttes autochtones et les problèmes des migrants, entre autres. Tout le monde peut trouver sa niche pour s'impliquer. En outre, je crois que les emplois verts sont beaucoup plus diversifiés que nous ne le croyons - si vous vous souciez de l'environnement, vous n'avez pas besoin d'un diplôme STEM pour travailler sur le terrain. Vous pourriez faire des médias sociaux pour une association à but non lucratif, collecter des fonds pour un projet, produire de l'art pour une campagne, et bien d'autres postes que nous ne considérons pas comme un travail à faible émission de carbone.


À propos du Bourse de Recherche du CCRJ:


Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous impliquer dans le Programme des boursières/boursiers du CCRJ?

J'étais membre de l'équipe de Halifax pour Pivot 2020 et quand j'ai postulé pour ce poste, j'ai découvert le CCRJ. Leur mission et leurs valeurs ont vraiment trouvé un écho en moi et j'ai voulu travailler pour l’organisation. En fait, j'ai postulé pour la bourse avant de savoir que j'ai été embauché.e pour Pivot, j'ai fini par travailler pour Pivot pendant un mois avant de me faire offrir une entrevue et éventuellement le poste de chercheure boursière. J'ai sauté sur l'occasion d'entrer dans un nouveau domaine (développement de la main-d'œuvre des jeunes) et j'ai été heureuse que la bourse me permette de fusionner mes passions pour le plaidoyer, l'autonomisation des jeunes et la recherche!


Qu'espérez-vous apporter au Programme de bourses de recherche du CCRJ?

J'apporte une perspective unique étant une femme queer, militante du climat et diplômée du développement international. Plus précisément, j'utilise une approche de justice climatique dans mon travail, en examinant comment les questions sociales et environnementales se recoupent au niveau local et mondial. Par exemple, mes recherches portent sur les jeunes qui sont les héritiers de la crise climatique tout en étant parmi les plus touchés par la COVID-19 et ses effets économiques. Cela signifie que tout plan de rétablissement post COVID-19 doit placer en son centre l'action des jeunes et du climat si l'on veut qu'il soit efficace et durable. Il doit également placer en son centre les personnes les plus marginalisées et les plus vulnérables au changement climatique, comme les migrants, les PANDC (Personnes Autochtones, Noires et de Couleur) et les personnes à faible revenu.


Quelles relations professionnelles espérez-vous établir?

J'espère augmenter mes réseaux existants dans les domaines des ONG et de l'environnement, mais aussi créer de nouveaux liens dans les secteurs de l'autonomisation des jeunes et du développement de la main-d'œuvre. Je veux aussi établir des relations avec un plus grand nombre de représentants gouvernementaux et d'autres décideurs, comme ceux associés à Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et à Développement économique et social Canada (EDSC).


Qu'espérez-vous accomplir au cours de votre programme ? Que signifie impact pour vous?

J'espère que le gouvernement mettra en œuvre mes recommandations concernant les programmes d'emploi environnemental pour les jeunes, mais à un niveau plus large, j'espère que leur rhétorique et leur formulation de politiques reflèteront une définition élargie du travail vert et que cela contribuera à faire croître l'économie à faible émission de carbone et la participation des jeunes à cette activité.


Intérêts/Vie personnelle:


Pouvez-vous nous faire part d'un organisme ou d'un programme auquel vous pensez que les autres intervenants du développement de la main-d'oeuvre ou de l'emploi des jeunes devraient être sensibilisés?

Oui, le Centre Canadien Des Politiques Alternatives est bien documenté et propose plusieurs solutions/approches pour les enjeux reliés aux politiques au Canada qui sont socialement et écologiquement équitables.


Laquelle de vos expériences précédentes de travail/bénévolat a eu le plus d'impact sur votre travail aujourd'hui?

Mon année et demie au Dalhousie Student Union m'a beaucoup appris sur l'organisation, le mouvement étudiant et le travail avec divers intervenants et décideurs. En travaillant sur des campagnes autour de l'augmentation des frais de scolarité, des politiques environnementales et plus encore, j'ai découvert le pouvoir de la jeunesse et comment le changement se produit. En étant directrice du bureau du développement durable, j'ai rencontré des héros de l'écologie comme David Suzuki, et j'ai conseillé le recteur de l'Université sur les questions de durabilité.


Comment cela a-t-il eu un impact sur la personne que vous êtes aujourd'hui?

Cela m'a appris qu'en plus d'être une activiste, je peux travailler côte à côte avec les décideurs pour apporter des changements progressifs ainsi que des changements systémiques. J'ai aussi découvert la responsabilité de représenter un groupe diversifié de jeunes, des étudiant.e.s autochtones aux étudiant.e.s internationaux/internationales, sur des sujets qui sont d'une importance cruciale pour notre avenir.


Reconnaissant l'importance de construire un réseau communautaire, comment le tutorat vous a-t-il soutenu jusqu'à présent tout au long de votre développement professionnel?

Certains de mes plus grands mentors ont été des chercheur.e.s en justice sociale qui fusionnent la pratique et la théorie, me rappelant qu'il ne suffit pas de lire seulement sur les torts dans le monde - mais que vous devez aussi être activement impliqué.e dans les solutions. Ils m'aident à être ancrée sur le plan éthique et à ne pas devenir complaisante en me rappelant que la recherche est aussi puissante que ce que vous en faites.


Existe-t-il une personnalité que vous admirez?

Les Dr. Ajay Parasram à l'Université Dalhousie, Dr. Shelley Price et Dr. Jonathan Langdon à l'Université St Francis Xavier pour n'en nommer que quelques-un.e.s sont des militant.e.s universitaires qui font progresser l'étude et la pratique sur la lutte contre le racisme, les droits des Autochtones et l'apprentissage des mouvements translocaux, entre autres sujets. Ils ont été mes plus grands soutiens et inspirations alors que j'essaye de me trouver entre mon cheminement de carrière et mon approche militante.


Quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu?

John Scherer (fondateur du Scherer Leadership Institute) : “Vous n'avez pas besoin de vous changer. Vous devez vous trouver à l'aise avec vous-même, cela change tout.”


Pouvez-vous partager trois faits amusants sur vous-même?

Je suis une Balance soleil/lune ascendant Sagittaire, je suis à moitié mexicaine, et j'ai voyagé dans plus de 18 pays!


Pouvez-vous partager un objectif que vous avez pour 2021?

One goal I have for 2021 is to spend more time on creative projects such as painting and doing makeup. I started an art account on Instagram during quarantine and it's been a source of self-care and joy during these hard times.

Recent Posts

See All

Message from the Board Chair

On behalf of the Board of Directors, I want to announce that Gladys Okine Ahovi has resigned from Canadian Council for Youth Prosperity. Gladys' last day with CCYP will be Friday, March 12, 2021. Chri