• Admin

Dismantling the Stigma of Mental Illness


Le français suit*****


Mental Illness is not a new issue. It existed long before hashtags and movements. What is new is our willingness to talk about it, to address the issue as a reality faced by an increasing number of individuals, especially youth.

Talking. That’s where it all starts.


  • It is estimated that 10-20% of Canadian youth are affected by a mental illness or disorder – the single most disabling group of disorders worldwide.”

  • Stigma or discrimination attached to mental illnesses presents a serious barrier, not only to diagnosis and treatment but also to acceptance in the community.” – Canadian Mental Health Association



By raising awareness and bringing to light the lack of general understanding of what mental illness means, we have opened doors to research, funding, movements, support groups… The list is endless and we have an opportunity to bring about positive change.

Each and every one of us plays a part in this. Organizations and the people within them have a responsibility to go beyond promoting and creating awareness for mental illness, we have a responsibility to intentionally create workplaces that cultivate positive mental health. Whether you’re listening or speaking, be open to the conversation, be honest about uncomfortable feelings, ask questions when you do not understand. Creating an environment that promotes well-being is good for everyone.


V’s Story


“Over the years, I have been processing and letting go of the shame I felt after being diagnosed with Post-Traumatic Stress Disorder, having attacks in class or in the office at work and trying to hide it. I apologized constantly, I would fear going into work, I would worry about what others were thinking of me. I reached a point where I tried to quit my job and drop out of school. When I explained myself honestly to my teachers and employer, they responded with words of encouragement and acceptance. As I told myself that I could not do it, they reminded me that I deserved to be there as much as anyone else and that the decision would be a defining moment in my life. I had come this far and I could do it if I just tried. They gave me time, they were patient with me and encouraging. I stopped telling myself that they did not understand. I decided to trust their words instead of the anxiety I was feeling and this idea that I was a burden. When I took that step to open up, when I was just about to give up, these people, not my family or friends, took the time to be real with me. This instilled a great sense of power and trust of others in me.”

What it comes down to is communication, honesty and strong team dynamics. Openness and communication are key to building trust within a team. It increases productivity, creativity and the desire to work.


If you’re not sure where to start, here are a few suggestions.

  • Share a story, thought or feeling: Sharing your thoughts and feelings makes it easier for people to relate to you and normalizes it. If you had a bad day, or are going through something let your coworkers know. If they ask you how you’re feeling tell them, better yet, ask them how they are feeling and assess their level of comfort.

  • Incorporate time into your week for team building. Hold team meetings weekly and incorporate team building exercises. Give them an opportunity to share. Ice breakers, or personal well being check-ins.

  • Positive reinforcement: It is proven that positive reinforcement is more effective than reprimands. Point out a good job. Cheer your coworkers on. Even with the little things that we expect from each other, show appreciation.



These things remind us that although we are working, we are people and we value each other and appreciate the effort we all put in. Whether you’re an employer or employee, each and every member of your organization plays a role in creating a positive work environment. If your organization is willing to go a step further and put together a list of resources that can be consulted discreetly, it is a great tool in cases where people are not comfortable asking.


We all face obstacles, we all have ups and downs. When we create safe workplaces that can talk about mental illness, we strengthen the dynamic and build a safe and empowering environment that fuels people’s desire to contribute. If we stop alienating ourselves and instead share our experiences and feelings with people we allow others to feel comfortable doing so too. This is how we start to dismantle the stigma around mental illness.

What tips do you have to help dismantle the stigma of mental illness in the workplace?


--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lutter Contre la Stigmatisation de la Maladie Mentale

La maladie mentale n’est pas un nouveau problème. Elle existait bien avant les mots-clic et les mouvements sur les réseaux sociaux. Ce qui est nouveau, c’est notre volonté d’en parler, d'aborder la question comme une réalité à laquelle sont confrontés un nombre croissant de personnes, notamment les jeunes.

En parler. C’est là que tout commence.


  • « Environ 10 % à 20 % des jeunes Canadien(ne)s sont touché(e)s par une maladie mentale ou un trouble mental. Il s’agit des troubles les plus incapacitants au monde. »

  • « La stigmatisation rattachée aux maladies mentales présente un obstacle sérieux, non seulement pour le diagnostic et le traitement, mais également pour l’acceptation dans la communauté.» Association canadienne pour la santé mentale



En sensibilisant et en mettant en évidence le manque de compréhension général de ce que signifie la maladie mentale, nous avons ouvert des portes à la recherche, au financement, aux mouvements, aux groupes de soutien et à de nombreuses autres initiatives qui nous donnent l’occasion d’apporter des changements positifs.

Chacun d’entre nous y joue un rôle. Les organisations et les personnes qui les composent ont la responsabilité d’aller au-delà de la promotion et de la sensibilisation à la maladie mentale. Nous avons la responsabilité de créer intentionnellement des lieux de travail qui favorisent une santé mentale positive. Que vous soyez celui / celle qui parle ou celui / celle qui écoute, soyez ouvert(e)s à la conversation, soyez honnêtes avec ce qui vous rend inconfortable, posez des questions lorsque vous ne comprenez pas. Créer un environnement qui favorise le bien-être fait du bien à tout le monde.


L’histoire de V


“ Au fil des ans, j’ai traité et éliminé la honte que j’ai ressentie après avoir été diagnostiquée comme ayant un Syndrome de stress post-traumatique. J’ai eu des crises d’anxiété à l’école ou au travail et j’essayais de le cacher. Je m’excusais constamment, je redoutais d’aller au travail, je me souciais de ce que les autres pensaient de moi. J’ai atteint un point où j’ai essayé de quitter mon emploi et d’abandonner l’école. Quand je me suis ouverte honnêtement à mes enseignants et à mon employeur, ils ont répondu par des mots d’encouragement et d’acceptation. Ils m’ont rappelée que je méritais d’être là autant que les autres et que la décision serait un moment déterminant dans ma vie. J’étais déjà si avancée dans mon parcours et je me suis dit qu’en essayant, j’y arriverais. Ils m’ont donnée du temps, ils ont été patients et encourageants. J’ai arrêté de me dire qu’ils ne comprenaient pas. J’ai décidé de leur faire confiance, plutôt qu’à l’anxiété que je ressentais et à l’idée que j’étais un fardeau. Quand j’ai pris cette décision de m’ouvrir, alors que j’étais sur le point d’abandonner, ces gens, et non ma famille ou mes amis, ont pris le temps d’être honnêtes avec moi. Cela a provoqué en moi un grand sentiment de puissance et de confiance envers les autres.”



Bref : de la communication, de l'honnêteté et une forte dynamique d'équipe. L’ouverture et la communication sont essentielles pour bâtir la confiance et le dynamisme au sein d’une équipe. Ça augmente la productivité, la créativité et tout compte fait, le désir de travailler.

Si vous ne savez pas par où commencer, voici quelques suggestions.


  • Partagez une histoire, une idée ou un sentiment : le partage de vos pensées et de vos sentiments facilite vos relations avec les gens et les normalise. Si vous avez eu une mauvaise journée, ou traversez un mauvais moment informez-en vos collègues. S’ils vous demandent comment vous vous sentez, exprimez-vous, ou mieux encore, demandez-leur comment ils se sentent et évaluer leur niveau de confort.

  • Prévoyez du temps dans votre semaine pour bâtir l’esprit d’équipe. Tenez des réunions d’équipe chaque semaine et intégrez des exercices pour renforcer l’esprit d’équipe. Donnez-leur l’occasion de partager, de briser la glace et de vérifier périodiquement leur bien-être.

  • Renforcement positif : Il est prouvé que le renforcement positif est plus efficace que les réprimandes. Valorisez un bon travail. Applaudissez vos collègues. Même avec les petites choses que nous attendons les uns des autres, montrez de l’appréciation.



Ces choses nous rappellent que même si nous travaillons, nous sommes des êtres humains, nous nous valorisons les uns les autres et apprécions les efforts que nous faisons. Que vous soyez un employeur ou un employé, chaque membre de votre organisation joue un rôle dans la création d’un environnement de travail positif. Si votre organisation est prête à aller plus loin vous pouvez développer une qui peut être consultée discrètement. C’est un excellent outil, pour les gens qui ne sont pas à l’aise de demander.

Nous sommes tous confronté(e)s à des obstacles de temps à autres, des hauts et des bas. Lorsque nous créons des lieux de travail sécuritaires, ouverts et soucieux de la santé mentale, nous renforçons la dynamique et construisons un environnement stimulant qui renforce le désir des gens de contribuer. Si nous cessons de nous aliéner, si nous partageons nos expériences et nos sentiments avec les gens, nous permettons aux autres de se sentir à l’aise pour faire pareil. C'est ainsi que nous commençons à démanteler la stigmatisation entourant la maladie mentale.

Quels conseils avez-vous pour combattre la stigmatisation de la maladie mentale au travail ?


0 views

Copyright © 2019 Canadian Council for Youth Prosperity.  All rights reserved.  Privacy Policy